Passer au contenu principal

Franchise : ce qu’il faut savoir

​La création d'une entreprise en franchise demande des moyens financiers importants. Retrouvez ici les listes des charges à prendre en compte.

Financement, le nerf de la guerre


 

Pour réussir son projet de franchise, il faut nécessairement monter un dossier de financement solide et adapté. Cela suppose d’avoir établi une feuille de route précise (plan de financement, prévisionnel d'activité et plan de trésorerie) susceptible de faire adhérer le banquier à votre projet et de disposer d’un solide apport personnel.

 

Une mise de fonds importante
L’ouverture d’un commerce ou la création voire la reprise d'une activité de service en franchise nécessite parfois un apport de fonds non négligeable. Selon des sources spécialisées, l’investissement moyen varie entre 50 000 et 200 000 euros. Dans certains secteurs d’activité (restauration, hôtellerie, grande distribution) les sommes peuvent être encore plus élevées.

Le recours à un crédit bancaire
Outre les apports financiers personnels généralement situés à 30 % minimum du montant total de l’investissement, il sera nécessaire de souscrire un prêt bancaire. Cela implique bien entendu de présenter un dossier solide et complet : un descriptif de l’enseigne et du projet de franchise, un exposé des motivations, vos références professionnelles, les garanties offertes, une étude de marché liée à l’emplacement, un budget prévisionnel (projection de comptes de résultats sur trois ans) et un plan de financement.
 

  

Pour tout savoir sur le plan de financement : cliquez-ici

 
Le business plan
Pour être favorable à votre projet, le banquier doit disposer de données précises et étayées, avec si possible un détail du financement pour chaque grande étape. Attention à ne pas surestimer le chiffre d’affaires de la première année qui est la plus difficile sur le plan commercial.

Dépenses spécifiques
Le budget prévisionnel d’un projet de franchise est caractérisé par des postes de dépenses spécifiques tels que :
- le droit d’entrée (plusieurs milliers d’euros),
- la formation initiale si celle-ci n'est pas comprise dans le droit d'entrée,
- les redevances sous forme d’un pourcentage du chiffre d’affaires (entre 5 à 10 % en moyenne), 
- la redevance communication (entre 1 et 5 % du chiffre d’affaires en moyenne) pour le paiement de la communication et des campagnes de publicité.

Un local qui respecte les normes de l’enseigne
La location d’un magasin ou d’un local représente une part importante de l’investissement initial et des coûts d’exploitation. D’autant qu’il faudra probablement procéder à des aménagements pour mettre le local aux normes de l’enseigne (en fonction du cahier des charges). C’est un aspect important à préciser avec le franchiseur qui peut s’avérer très pointilleux sur l’image du magasin.

La rentabilité de l’activité
Les différents éléments de l’étude financière permettent d’avoir une estimation de la durée d’amortissement de votre investissement et de la rentabilité attendue de votre entreprise. Les chiffres doivent être cohérents et vous laisser entrevoir une profitabilité correcte. Selon la Fédération française de la franchise, un franchisé touche en moyenne une rémunération de 2 875 euros par mois. Ceux qui gèrent plusieurs unités ont des revenus plus élevés mais leurs investissements ont été beaucoup plus importants.
 

La banque de l’enseigne

Certaines enseignes orientent les candidats à la franchise vers les banques auprès desquelles elles sont référencées. Avantage de cette façon de travailler : la banque connaît déjà les principales données financières et économiques de l’enseigne ainsi que la rentabilité moyenne attendue du franchisé.

Rien ne vous empêche pour autant d’interroger votre banque avec laquelle vous entretenez des rapports de confiance.

 
 
 
 
 
 

acces directs
Contacter un conseiller