Passer au contenu principal

Jeunes : comment bien s’installer ?

Il y a des grands moments dans la vie, le temps de l’installation dans son propre logement en fait partie. Il coïncide souvent avec le premier emploi. Achat immobilier ou location ? Comment trouver son futur chez-soi et comment préparer son installation ?

Budget, la clé de votre projet immobilier


 

C’est une année décisive. Vous partez vous installer dans votre propre logement.  Une location en vue ? Ou pourquoi pas, un achat immobilier ? Faites le point sur vos possibilités financières et vos envies. 

 

 

Vos ressources disponibles

 

L’achat immobilier est envisageable si vous avez un apport personnel suffisant. En général, on l’estime à 10 % du montant à financer. Pour parvenir à réunir cette somme, pensez à mobiliser toutes vos ressources (livret d’épargne, économies diverses…). Vos parents ont peut-être ouvert il y a quelques années un Plan d’Epargne Logement (PEL) ou un Compte d’Epargne Logement (CEL) en pensant à vous le destiner. Enfin, des membres de la famille ont éventuellement quelques disponibilités à vous prêter.
 
 

L’art de budgéter

 

Pour ne pas s’exposer à des soucis financiers, il est utile de bien maîtriser son budget.
  • Logement : tout prendre en compte
  • Avant de vous lancer dans votre projet, essayez d’évaluer ce que va représenter votre budget logement. Identifiez-bien tous les grands postes de dépenses : remboursements d’emprunt (ou paiement de loyer), charges de copropriété… A ces montants vont se rajouter des impôts locaux (taxe d’habitation, taxe foncière si vous êtes propriétaire), des coûts propres au chauffage ou à de l’entretien… Faites une petite projection de ces dépenses même si vous ne disposez pas encore de données très précises.
  • Les règles d’une bonne gestion
    En général, et dans la mesure du possible, il est plutôt conseillé de prévoir la répartition suivante :
    • 50 % minimum de vos revenus nets d’impôts pour couvrir vos besoins principaux
    • (logement, alimentation, transports…) ;
    • 30 % environ de ces revenus pour financer vos envies diverses (vacances, loisirs, cadeaux…) ;
    • 20 % pour épargner et se  constituer rapidement une réserve de sécurité pour faire face aux dépenses imprévues (réparation automobile, dépenses de santé importantes) ou financer de futurs projets (voyages, achat automobile….).

 

Les grands types d’épargne

Le Livret Jeune :

Réservé aux 12-25 ans. Les versements sont libres et l’épargne est disponible à tout moment.

Le Livret A :

Une épargne de précaution rémunérée et disponible à tout moment.

Le Plan d’Epargne Logement (PEL)

Il donne accès au bout de quelques années à un prêt immobilier à taux préférentiel. 

 

 

 

 
  • Maîtriser les dépenses
    Gérer un budget revient à maîtriser ses dépenses.
    Un élément clé pour cela est de mensualiser vos frais récurrents. Electricité, gaz, eau, assurances… présentent en effet des factures parfois élevées. Mieux vaut les répartir sur une base mensuelle et en automatiser le paiement.  Pour l’impôt sur le revenu, qui peut représenter une part importante du revenu net, il est recommandé d’opter pour la mensualisation dès la seconde année d’imposition.
    Autre type de dépenses importantes, les équipements domestiques. Le crédit permet de financer votre train de vie et d’accéder rapidement à un confort minimum. Erreur à  éviter : multiplier les crédits à la consommation, au coup par coup. Mieux vaut ne prévoir que les achats indispensables (machine à laver, frigo, etc.) et souscrire le crédit nécessaire. En envisageant globalement l’ensemble de vos crédits avec votre conseiller bancaire, vous ne laisserez pas déraper votre taux d’endettement. 
 
 

Location ou achat, un choix à plusieurs variables

 

Location ou achat ? Tout dépend de votre besoin de mobilité ou de votre capacité à vous fixer. Si vous n’êtes pas sûr de conserver un emploi dans la même zone géographique, mieux vaut peut-être opter pour la location.
En revanche, si vous pensez bénéficier d’un minimum de stabilité, il est intéressant de devenir rapidement propriétaire afin de ne pas verser de loyer à fonds perdus. A court-moyen terme, vous pourrez toujours louer l’appartement acquis ou le revendre si vous êtes appelé à changer de travail ou de région.
A plusieurs titres, l’achat d’un bien immobilier reste un très bon calcul économique. Avoir un toit à soi est une façon de se prémunir contre les aléas financiers de la vie. C’est également un excellent moyen de préparer très tôt sa retraite. 
 
 

Epargner pour préparer votre projet immobilier

 

Si votre apport personnel n’est pas suffisant, ou si vous n’êtes pas prêt à acquérir un bien immobilier, il n’est pas trop tard pour commencer à épargner. C’est la meilleure solution pour vous donner les moyens d’acheter un jour votre logement.
 
Deux grands modes d’épargne se révèlent avantageux :
 
  • Le Plan d’Epargne Logement (PEL)
    Durant une phase d'épargne qui va de 4 à 10 ans, vous bénéficiez d'un taux de rémunération connu dès l'ouverture de votre PEL et les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu (mais assujettis à prélèvements sociaux). Les sommes mises de côté constituent une partie de votre apport personnel. Après la phase d'épargne, votre PEL vous donne accès à un prêt immobilier à un taux préférentiel.
  • Le Plan d’Epargne Entreprise (PEE) - Renseignez vous auprés de votre entreprise
    Ce plan d’épargne est ouvert par votre entreprise. Il vous permet d’épargner via des versements volontaires en profitant de l’abondement de l’entreprise, dans un cadre fiscal et social avantageux. Le PEE peut être débloqué de façon anticipée (avant cinq ans) pour servir d’apport à l’achat de votre résidence principale. Renseignez-vous auprès de votre entreprise.
 

 

 
 
 
 
 
FAQ

Retrouver également des réponses à vos questions dans notre FAQ

Le Plan d'Epargne Logement est un placement fait pour une durée minimale de 4 à 10 ans. Le versement minimum au départ est de 225 €. Le total des versements ne doit pas excéder 61200 €. Vous vous engagez à verser au moins 45 € par mois ou 270 € par semestre. La rémunération maximale est de 2,20 % prime comprise (conditionnée à la réalisation d’un prêt immobilier de plus de 5000 €) ; sinon, cette rémunération est de 1 %.


Les intérêts sont exonérés d'impôt sur le revenu les 12 premières années et soumis aux prélèvements sociaux. Au bout de 4 ans, vous pouvez bénéficier d'un prêt* avantageux pour acheter un logement.


Il ne peut être détenu qu'un Plan d'épargne logement par personne. En cas de détention d'un Compte d'épargne logement, l'ouverture d'un Plan d'épargne logement n'est possible que s'ils sont domiciliés dans le même établissement.


* Sous réserve du respect des dispositions réglementaires du Prêt Epargne Logement et d’acceptation de votre dossier par la BP/CE, prêteur. Le Prêt Epargne Logement est accordé aux titulaires d'un PEL et/ou d'un CEL, au terme de la période d'épargne. L’emprunteur dispose d’un délai de réflexion de 10 jours avant d’accepter l’offre de prêt. La vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit rembourser les sommes versées

L'apport personnel est la somme d'argent que l’emprunteur peut consacrer à l'achat d'un bien. Si par exemple, il veut acheter un scooter de 1500 € et dispose de 900 €. Ces 900 € constituent son apport personnel, les 600 € manquants pourront être empruntés auprès de la banque.



acces directs
Contacter un conseiller