Passer au contenu principal

Jeunes : comment bien s’installer ?

Il y a des grands moments dans la vie, le temps de l’installation dans son propre logement en fait partie. Il coïncide souvent avec le premier emploi. Achat immobilier ou location ? Comment trouver son futur chez-soi et comment préparer son installation ? Nos conseils pour vous lancer en toute sérénité.

Achat : un projet qui se prépare


 

​Vous êtes en mesure d’acheter un bien immobilier ? Voici quelques informations de base pour réaliser votre projet.

 
 

Définir le montant de votre achat

 

Avant de prospecter de façon active, il vous faut connaître votre budget maximum pour acheter un bien immobilier. Prenez conseil auprès de votre conseiller pour évaluer votre capacité de financement. Celle-ci dépend de votre apport personnel (au minimum 10 %) et du montant que vous pouvez emprunter auprès de la banque. Cette dernière peut vous financer jusqu’à une certaine limite liée à votre taux d’endettement.
 
En principe, on estime qu’il ne faut pas consacrer plus du tiers de ses revenus au remboursement de l'ensemble de ses crédits. Au-delà, le budget n’est plus sécurisé. Vous risquez soit de ne pas pouvoir payer vos charges (téléphone, électricité, gaz, alimentation, impôts….), soit de ne pas pouvoir honorer vos remboursements de crédits.
 
Par ailleurs, il ne faut pas oublier d'évaluer l’ensemble des frais liés à l’achat d’un bien. Les frais de notaire peuvent atteindre jusqu'à 8 % de la valeur du bien dans l’ancien (jusqu'à 3 % dans le neuf).  Il faut aussi anticiper les frais d’assurance du bien (multirisques habitation), les impôts (taxe foncière, taxe d’habitation), les charges à venir (chauffage). N’oubliez pas le poste rénovation-aménagements. Entre les peintures, le changement d’une chaudière, la réfection d’une salle de bain ou d’une cuisine, le surcoût de votre bien peut être important. 
 

Pour plus d’informations sur le taux d’endettement :

www.lesclesdelabanque.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Les solutions de financement existantes 

 
Il existe deux types de financements immobiliers : les prêts immobiliers classiques (taux fixe ou taux révisable) et les prêts dits règlementés. Ces derniers sont des prêts « aidés » proposés à des taux avantageux, dont les principaux sont le prêt épargne logement (lié à la possession d’un Compte Epargne Logement ou d’un Plan d’Epargne Logement), le PTZ+ (Prêt à Taux Zéro réservé à l’achat d’un logement neuf en première accession à la propriété, ou ancien sous certaines conditions d'éligibilité), le prêt d’accession sociale, le prêt conventionné (prêt aidé sans condition de revenus)...
Votre conseiller pourra vous aider à identifier le ou les prêts auxquels vous pouvez prétendre.
 
En contrepartie de ses crédits, la banque exige des garanties pour se couvrir en cas de défaillance de l’emprunteur. Vous pouvez choisir entre une hypothèque ou une « caution financière » proposée par un organisme de caution (une solution moins coûteuse que l’hypothèque, selon la durée du prêt). Enfin, dans la plupart des cas, il est nécessaire de souscrire une assurance emprunteur. En cas de décès, invalidité et/ou incapacité de travail de l’emprunteur, l’assurance couvre le remboursement du prêt à votre place.
 
 Les pièces à fournir pour demander un crédit immobilier
  • 2 derniers avis d’imposition
  • 3 derniers bulletins de salaire
  • 3 derniers relevés de compte en banque
  • Justificatif d’identité
  • Justificatif de domicile actuel
  • Compromis de vente
 
 

Une juste évaluation de la valeur du bien

 

Lorsque vous avez identifié le bien qui vous convient, il vous faut connaître le plus rapidement et le plus précisément possible toutes ses caractéristiques : surface, diagnostics techniques (amiante, plomb, termites), étiquette énergie. Ses caractéristiques déterminent la valeur du bien. S’il ne l’a pas encore fait, le vendeur doit vous remettre un dossier complet lors de la promesse de vente. N’hésitez pas à réclamer des pièces complémentaires (justificatifs de travaux…).
 
Evaluez bien les charges liées au bien (copropriété, chauffage, eau..). Elles vont s’ajouter aux échéances de vos crédits et à vos impôts. Demandez un relevé des charges de copropriété et un procès verbal de la dernière assemblée générale, indiquant si des travaux ont été votés ou sont en cours. Un document intitulé « l’état daté » rédigé par le syndic récapitule toutes les charges incombant au nouveau copropriétaire.
 

Pour plus d’informations sur le diagnostic technique :

http://www.notaires.fr

 

 

 

Les étapes de l’achat immobilier

 

L’achat d’un bien immobilier suit un parcours précis de trois grandes étapes.
 
1/ Le compromis ou la promesse de vente
Le vendeur et l’acheteur s’engagent à une transaction à un prix et des conditions données (avec des clauses suspensives, en particulier celle liée à l’obtention du crédit). Lors de la signature, l’acheteur verse en général 10 % du prix au notaire, somme qui viendra en déduction le jour de la vente. L’acheteur bénéficie d’un délai de rétractation de 7 jours. 
 
2/ La recherche du crédit
Pendant la période qui s’écoule entre le compromis et la signature de l’acte de vente, l’acheteur sollicite la banque. En échange d’un dossier précis, la banque donne (ou non) un accord de principe (acceptation), puis établit une offre de prêt complète (nature du prêt, montant, durée, coût total, frais annexes…).
 
3/ L’acte de vente
La signature de l’acte a lieu devant notaire environ trois mois après le compromis. L’acheteur verse le solde du montant total (prix du bien et « frais de notaire »). Le notaire remet au nouveau propriétaire les clés du bien, et quelques mois plus tard l’acte authentique (acte de vente).

 

 
 
 
 
 

acces directs
Contacter un conseiller